Aller au contenu principal

Connaissez vous le DSACDAD ?

En bon geek et mac-addict qui me respecte, j’avoue ma fébrilité à l’approche de la possibilité prochaine de mettre la main sur le joujou magique de Saint-Steve, je veux bien sûr parler de l’iPad !

Je sais pourtant qu’il est sage de ne pas se jeter sur la première version des produits Apple, de laisser les vrais fous furieux essuyer les plâtres (comprendre : les bugs) et d’attendre sereinement, l’air détaché, la v.2 voir la 3, forcément plus stable et améliorée après les retours sur la v.1.

Mais l’addiction, et donc l’envie, est trop forte, j’avoue posséder dans mes tiroirs une brique un iPod première génération acheté à prix d’or fin 2001 (3490 Francs à l’époque !) et à chaque nouvelle fournée de matériel siglé de la pomme, la tentation est grande de ne pas me précipiter chez le premier revendeur ayant pignon sur rue…

Mais une trouvaille sur le web me fait entrevoir la lumière au bout du tunnel.

Je m’explique.

Ne serais-je pas tout simplement atteint de DSACDAD ?

DSACDAD ? Kesako ?

Le DSACDAD, ou « Dysphoric Social Attention Consumption Deficit Anxiety Disorder » est une affection psychiatrique qui correspond à un syndrome anxieux doublé de troubles de l’humeur liés à une non satisfaction conséquente à l’acte de consommation, triplé d’une forme de phobie sociale (Pas sur de la traduction, j’ai cherché dans le DSM V, mais n’ai rien trouvé…).

Oui, je me sens plein de puissance quand je suis en mode multitâches, complètement vidé après une journée entière de shopping, je préfère toujours la nouveauté aux choses anciennes, oui la vie me semble plus belle quand je possède plus que les autres… Ce quiz que je viens d’effectuer, me permet de mettre un nom sur ce mal-être qui grandit à chaque keynote de Steve Jobs : « DSACDAD »… et la solution existe et elle s’appelle Havidol.

Havidol est le traitement de référence du DSACDAD. Cette nouvelle entité chimique, l’Avafynetyme HCI (voir ci contre), issue de la recherche du laboratoire Paradise Pharmed, est un agoniste des récepteur de l’Hédonine, hormone impliquée dans le fonctionnement du système de récompense / renforcement.

Je n’ai malheureusement pas trouvé beaucoup d’informations sur le web sur la disponibilité de l’Havidol dans les officines françaises, et je pense contacter directement Justine Cooper, la responsable du laboratoire pour en savoir plus sur les moyens légaux de me procurer ce médicament prometteur :


Une visite du site Havidol.com (Attention celui-ci ne s’adresse qu’aux citoyens US), est néanmoins utile pour tout comprendre de cette maladie et de son traitement, tout en notant, que comme avec tout médicament, des risques existent et que des effets indésirables peuvent survenir, comme le sourire terminal (?), les achats compulsifs ou l’envie de changer de médecin… (voir le détail dans le RCP).

Alors plutôt que de vivre dans le malaise d’ici la sortie de l’iPad, j’ai choisi de prendre les choses en main, et je vais de ce pas écrire mon mail à Mme Cooper

Publicités
4 Commentaires Poster un commentaire
  1. Nos métiers seraient plus plaisants si comme ici on pouvait faire témoigner les patients guéris et heureux…

    Merci pour cette note d’espoir. Il faudrait en distribuer à pas mal d’américains samedi matin ;-)

    2 avril 2010
    • pierre-yves #

      Merci Valérie pour ce témoignage porteur d’espoir ;)

      2 avril 2010

Rétroliens & Pings

  1. DSACDAD, Dr. House : précisions :) « biogeekblog
  2. Tweets that mention Connaissez vous le DSACDAD ? « biogeekblog -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s