Aller au contenu principal

Articles de la catégorie ‘biz’

Contrefaçons de médicament : une industrie qui se porte bien…

… C’est malheureusement ce que montre cette infographie réalisée par sitejabber.com, un site d’information et d’alerte sur les arnaques qui guettent les adeptes des achats en ligne.

A retenir :

  • La moitié des médicaments achetés en ligne sont des faux, avec ce que cela implique comme risques pour l’acheteur,
  • Ces faux médicaments représentent 34% des saisies par les douanes US et un marché annuel estimé de  75 à 200 milliards de dollars à travers le monde,
  • Ce sont les pays les moins développés qui pâtissent le plus de ce fléau,
  • L’achat de médicaments sur Internet est dangereux.

[Via VisualLoop]

Publicités

Comment exercerez vous la médecine en 2015 ?

… c’était le titre un peu ambitieux de la session du Médec 2010 consacrée à la e-santé, hier mercredi 17 mars.

Ambitieux aux dires même de Dominique Lehalle, l’animatrice de cette session parrainée par l’Agence des Systèmes d’Information Partagés de santé, ou ASIP Santé (ex-GIP DMP), puisqu’en 1h30 il était entendu qu’il serait impossible de cerner l’exercice de la médecine en 2015 et de proposer une visite du « cabinet médical du futur »*.

Salle comble au début (moins à la fin) de cette session e-santé donc, au cours de laquelle ont été abordés les thèmes concourant à créer un environnement favorable aux solutions de télémédecine et e-santé :

  • Contraintes démographiques : moins de médecins et des manières d’exercer la médecine qui évoluent (regroupement, partages des tâches), une population vieillissante et une augmentation de la part des maladies chroniques…
  • Contraintes économiques : un système de santé déficitaire, des choix à faire en terme de rémunération des actes médicaux…
  • Demande sociétale grandissante d’accès aux soins, aux services et biens de santé, le patient au coeur et véritable acteur « prescripteur » du système de santé…
  • Contexte réglementaire en évolution (loi HPST, ARS, maisons de santé…) et volonté politique de développer l’e-santé en France…

Cependant des obstacles restent encore à lever : optimisation des systèmes d’informations, de leur interopérabilité, permettant que les données soient partagées entre tous les acteurs, en ville et à l’hôpital. De plus la question du business model et des ressources que les pouvoirs publics sont prêts a consacrer aux solutions de télémédecine est à nouveau posée : les temps actuels sont peu propices aux investissements et plutôt à la maîtrise des coûts de santé.

En guise d’illustration, on retiendra la présentation du dispositif Intel Health Guide, de suivi à domicile de patients âgés chroniques, basé sur une interface localisée au domicile, permettant un monitoring à distance du patient accompagné de programmes d’éducation thérapeutique.

Ce dispositif a été déployé en dans le Lothian, en Ecosse, sous l’égide de la branche locale du NHS, en phase pilote auprès d’une cohorte de 30 patients, visant à tester l’adhésion à ce type de solution de télémédecine.

A voir pour comprende, cette vidéo, projetée durant la session, présentant le dispositif et le retour des différents intervenant y ayant pris part (avertissement : bonnes connaissances de l’anglais avec fort accent écossais requises pour comprendre toutes les subtilités de l’appréciation : ) )

Tous ce dispositif est marqué CE, et sera disponible en France à la mi 2010.

—-

* à ce sujet et en mode ‘retour vers le futur’, il est toujours plaisant de trouver sur le web, des archives datant de 1999 (ce qui à l’échelle du web correspond à peu près la sortie de la pré-histoire), janvier 1999 donc et ce colloque au titre prometteur : L’Informatisation du Cabinet Médical du Futur.

—-

Plus de sujets e-santé sur biogeekblog.

Visualisation, iPad et médecine légale

l’iPad n’est pas encore arrivé de ce côté ci de l’Atlantique que déjà les spéculations vont bon train sur son succès commercial et ce depuis que sont disponibles les premières estimations de précommandes, possibles aux US depuis vendredi dernier, journée au cours de laquelle 90.000 tablettes ont été réservées pendant les 6 premières heures.

A ce rythme, ce sont 5 millions d’iPad que devrait vendre Apple en 2010, d’après Macworld.co.uk.

(On passera sous silence l’effondrement de cette engouement précoce durant les journées de samedi et dimanche, où les commandes ont stagnées à seulement environ 1000 par heure, ce qui prouve que même les mac-addicts vont à la pêche le week-end).

Le (déjà fameux) prochain blockbuster de Steve Jobs sera donc disponible début avril, le 3, chez nos cousins américains, tandis que l’Europe, et tout du moins la France devra patienter jusqu’à fin avril (date non précisée) pour mettre la main sur le joujou. La comparaison des Apples Stores est d’ailleurs assez intéressante : aux US, on peut commander et on sait quand on sera livré, chez nous par contre, on laisse un mail et on attend qu’Apple nous recontacte pour nous en dire plus sur la sortie prévue « fin avril » donc !

Bref, après cette longue introduction sur la future ardoise magique d’Apple – vous allez le voir, c’est complètement lié – juste quelques lignes pour vous signaler cette vidéo de présentation de la table d’autopsie virtuelle du Norrköping Visualization Centre développée en collaboration avec le Centre d’imagerie médicale de l’Université suédoise de Linköpings.

Le corps à autopsier est intégralement « numérisé » par les techniques les plus pointues d’imagerie médicale, et les légistes exercent leur art via une interface  multi-touch assez bluffante, et qui n’est pas sans rappeler celle des écrans iPhone et bientôt iPad !

Et comme le précisent les développeurs…

The visualization techniques used in this table is already utilized successfully as a compliment to the conventional autopsy. Apart from avoiding cutting in the body the medical experts, such as coroners, can see things that are difficult to discover in a conventional autopsy. Furthermore, the technique opens up for new opportunities in countries where autopsies are not accepted due to cultural reasons. The technique will revolutionize the traditional health care in many areas.

Pour prendre un raccourci qui n’engage que moi, et sur le modèle de cette table d’autopsie virtuelle, Apple va avec l’iPad démocratiser l’accès à la visualisation de données complexes, manipulables tactilement, et offrir un outil de formation et de communication révolutionnaire, notamment en santé.

Vivement « fin avril » !

La part de la santé sur le web en janvier 2010

La santé sur le web a représenté 1% du trafic mondial en janvier 2010, d’après une analyse de la BBC.

La BBC propose en effet une représentation du trafic web mondial en janvier 2010 et présente le top 100 des sites les plus visités, à partir de données Nielsen pour la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Suise le Brésil, les Etats Unis et l’Australie.

Les données sources Nielsen sont accessible dans ce fichier excel.

Sur les 100 premiers sites visités en janvier, on décompte plus de 4,7 milliards de visites uniques et plus de 43 milliards de visites totales !

La santé dans ce top 100 est représentée par 2 sites, EverydayHealth et WebMD, qui totalisent 1% des visites uniques en janvier 2010, soit 47 millions de visites uniques.

Ce classement étant basé sur une catégorie unique par site (« santé » pour webMD, « réseau social » pour twitter), on peut imaginer que la santé est un sujet représentant largement plus de trafic sur le web (via les moteurs de recherche, les discussions dans les réseaux sociaux…), néanmoins ce top 100 montre la dynamique du web, d’abord comme outil de recherche, puis comme source d’information et comme lieu d’échanges commerciaux, les échanges « sociaux » entre internautes ne représentant que la cinquième utilisation du web au niveau mondial.

Intéressante également, l’évolution depuis 1998 de la démographie web mondiale.

Novartis et PatientsLikeMe s’associent dans la transplantation

PatientsLikeMe a annoncé hier la création d’une douzième communauté au sein de son réseau de patients. Cette nouvelle communauté rassemble des personnes transplantées et est développée en partenariat avec Novartis, laboratoire présent sur le marché des médicaments de transplantation.

Novartis avait déjà établi un partenariat avec le réseau PatientsLikeMe en 2008, dans le domaine de la recherche clinique en sensibilisant les membres de la communauté à un essai clinique sur la sclérose en plaques. Le partenariat signé hier par Novartis est à rapprocher de celui établi dans le domaine de l’épilepsie par UCB il y a quelques mois.

Même si les détails, financiers notamment, du deal ne sont pas connus, on peut supposer que Novartis aura une forme d’accès privilégié aux données échangées par les patients transplantés : indicateurs de qualité de vie, symptômes, traitements…

Ben Heywood, co-fondateur de PatientsLikeMe sera présent à Paris en avril prochain pour la conférence Health 2.0 Europe, certainement une occasion de rentrer dans le détail des nombreux partenariats tissés par le réseaux, notamment avec les acteurs de la Pharma et de la Biotech.

[illustration : PatientsLikeMe]

« Une entreprise sous stéroïdes »

Très bien faite cette animation sur ce géant cet empire* dont l’emprise s’étend un peu plus chaque jour sur nos vies numériques, santé incluse.

*déroulez l’animation jusqu’au bout ;)

[via the Hungry Beast]