Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘23andme’

Maladie de Parkinson : 23andMe et PatientsLikeMe s’associent pour explorer les causes génétiques de la maladie

PatientsLikeMe, réseau social de patients, annonce le lancement d’un partenariat avec 23andMe, société de génétique personnelle en ligne, dans le domaine de la Maladie de Parkinson.

Ce rapprochement n’est pas une surprise au vu des orientations récentes prises par les deux sociétés.

23anmeD’un côté, 23andMe, qui commercialise des kits de profilage génétique, a annoncé en mars 2009 la création d’une communauté autour de la Maladie de Parkinson.
L’objectif est de réunir une cohorte de 10.000 personnes atteintes de cette maladie neurologique afin d’explorer les bases génétiques de la maladie. 2000 personnes avaient rejoint la cohorte un mois après.

nullDe l’autre côté, PatientsLikeMe est le réseau social de patients de référence nord-américain, rassemblant des patients souffrant de divers affections neurologiques et psychiatriques. En avril 2009, PatientsLikeMe annonçait la possibilité d’inclure des données de génétique dans les profils membres dans la communauté SLA.

Cette annonce est à mon sens révélatrice de l’impact du web social (« AndMe et « LikeMe ») sur les approches de recherche médicale en seulement quelques années (PatientsLikeMe créé en 2004, 23andMe en 2006).
C’est le patient qui devient de l’initiateur de la recherche en prenant la décision d’intégrer un réseau en ligne, d’y partager des informations sur sa maladie, et d’accéder à ses informations génétiques.
L’adhésion des patients étant un point clé de la réussite d’un tel projet de recherche.

Il faut bien sur poser la question de la pertinence scientifique de l’approche, en particulier celle des tests génétiques en accès libre, je renverrai ici aux conclusions, réservées, de l’Inserm dans son analyse collective de janvier 2009.

[23andMe sur biogeekblog] [PatientsLikeMe sur biogeekblog]

Maladie de Parkinson : 23andMe et PatientsLikeMe s’associent pour explorer les causes génétiques de la maladie
PatientsLikeMe, réseau social de patients, annonce le lancement d’un partenariat avec 23andMe, société de génétique personnelle en ligne, dans le domaine de la Maladie de Parkinson http://www.patientslikeme.com/press/20090609
Ce rapprochement est logique quand on analyse les orientations récentes prises par les deux sociétés.
D’un côté, 23andMe, société de génétique personnelle la plus médiatisée, qui commercialise des kits de profilage génétique, et a annoncé en mars 2009 (http://spittoon.23andme.com/2009/03/11/a-new-approach-to-research-the-23andme-parkinsons-disease-initiative/) la création d’une communauté autour de la Maladie de Parkinson.
L’objectif est de réunir une cohorte de 10.000 personnes atteintes de cetta maladie neurologique afin d’explorer les bases génétiques de la maladie. 2000 personnes avaient rejoint la cohorte un mois après (http://spittoon.23andme.com/2009/04/13/on-our-way-to-10000-23andme-welcomes-first-members-of-parkinsons-disease-community/)
De l’autre côté, PatientsLikeMe est le réseau social de patients de référence au US, rassemblant des patients souffrant de divers affections neurologiques et psychiatriques. En avril 2009, PatientsLikeMe annoncait la possibilité d’inclure des données de génétique dans les profils membres dans la communauté SLA (http://blog.patientslikeme.com/category/life-changing-conditions/als-life-changing-conditions/).
Cette annonce est à mon sens révélatrice de l’impact du web 2.0 sur les approches de recherche médicale en seulement quelques années (PLM créé en 2004, 23andMe en 2006).
C’est le patient qui devient de l’initiateur de la recherche en prenant la décision d’intégrer un réseau en ligne, d’y partager des informations sur sa maladie, et aussi d’accéder à ses informations génétiques.
L‘adhésion des patients étant un point clé de l’avancée d’un tel projet de recherche.
En parallèle de cette nouvelle dynamique, il faut bien sur poser la question de la pertinence scientifique de l’approche en particulier celle des tests génétiques en accès libre, je renverrai ici aux conclusions de l’Inserm dans son analyse collective de janvier 2009 présentées sur doctissimo en janvier dernier http://news.doctissimo.fr/tests-genetiques-l-inserm-met-en-garde-contre-les-derives_article4733.html

4 sociétés de génétique en ligne passées au crible

Helix Health, une société de conseil en génétique et médecine personnalisée, passe en revue sur son site web quatre sociétés pionnières de la génétique en ligne : 23andMe, Navigenics, deCODE & Knome.

On retiendra qu’en terme de technologie, 23andMe, Navigenics, deCODE proposent des prestations plus ou moins équivalentes.

De son côté, Knome se situe sur un créneau à part : là où les trois autres proposent du génotypage basé sur l’identification des SNP’s, Knome annonce le séquençage complet du génome, avec un coût de prestation annoncé à 350.000$ ! (Knome recherche 20 beta testeurs d’ailleurs).

Une des questions à se poser une fois les résultats disponibles est « et maintenant que faire de ces données ? ».
Les approches divergent également sur ce point : Navigenics et Knome proposent les services d’un généticien pour aider l’utilisateur à interpréter et tirer les conséquences des résultats, tandis que 23andme et deCODE ne fournissent pas plus de conseil au final.

Des comparaisons bien utiles pour se faire sa propre idée sur cette industrie émergente.

Posts précédents sur le même sujet :

Crédit photo : sequence, originally uploaded by freakpower.

23andme (and me, and me, and me…)

23anme.jpg

0n a beaucoup parlé de 23andme.com en 2007, je pense qu’on continuera à beaucoup en parler en 2008.

23andme.com est le lien parfait entre les monde du web – accès à un service innovant en ligne, partage de données – et le monde de la bio – accès grand public à l’information génétique.
D’autres sociétés proposent des services similaires, le buzz sur 23andme.com est essentiellement lié à ses liens avec google.

Pour résumer, 23andme.com propose contre environ 1000$ de vous « aider à lire et à comprendre votre ADN » c’est à dire à repérer dans votre patrimoine génétique, les variations de celui-ci dont on sait qu’elles sont associées à la survenue de telle ou telle maladie.

Plusieurs annonces montrent ces jours ci le dynamisme de la société : extension du service à l’Europe et au Canada, ventes bien au dessus des prévisions, et coup de pub ultime : 1000 kits offerts aux participants à Davos 2008.

Sur l’air d’on est jamais mieux bloggué que par soi même l’équipe de 23andme a également ouvert son blog corporate the spittoone et diffuse en particulier dans sa catégorie SNPwatch les résultats – maintenant quasiment quotidiens – d’études de relation entre un génotype et une prédisposition à une maladie.

Seul déception (toute relative) pour la société : avoir raté tout récemment le crunchy (crunchie?) de la meilleure start up « grand public » 2007 !

Malgré tout la question éthique se pose : comment vous comporterez vous une fois informé que vous êtes disposé(e) à tel ou tel mal incurable (ou pas) ? Pour certain 23andme.com profite d’un flou juridique que les parlementaires américains pourraient bien faire disparaître à terme.

and the winner is

imedixlogo.jpg

Le 18 janvier 2008, s’est tenue à San Francisco, la première édition des Crunchies Awards, sortes d’oscars des nouvelles technologies, organisés entre autre par l’excellent blog techcrunch.com.

L’award de la meilleure start-up 2007 revient au réseau social santé iMedix.com.

iMedix.com est une société fondée courant 2007, qui a pour vocation de faciliter la recherche et l’échange d’informations sur la santé en se basant sur le principe du réseau social, ici composé de patients déclarant dans leur profil, un intérêt pour tel ou tel maladie ou autre thème « santé » (voir le nuage de tags).

iMedix sera très certainement boosté par ce prix dans son objectif de devenir « le » réseau social santé n°1 et met d’ores et déjà en avant son rôle de media de choix pour les industries de santé vers une audience hautement ciblée.

A noter parmi les nominés dans la catégorie « Best consumer start-up » le service d’analyse génétique grand public 23andme.com, qui repart bredouille (c’est finalement le service de messagerie instantanée en ligne meebo.com qui l’emporte dans cette catégorie).

Et enfin l’award de la meilleure start up « internationale » (il faut comprendre non-US) revient aux frenchies netvibes.com ! bravo !