Aller au contenu principal

Articles Tagués ‘googlehealth’

Après vos e-mails, Google s’occupe de votre ligne.

Madame T. est femme de ménage. Elle exerce son art chez Monsieur Apap.

Madame T. a un secret : elle utilise la balance de M. Apap régulièrement, sans rien lui dire, pour surveiller sa ligne.

Malheureusement le secret de Madame T. n’en est plus un, car la balance est wifi… et reliée à twitter.

Blague de geek ou coup de pub pour la balance Withings ?

Toujours est il que cette balance au design plutôt réussi (cela ne vous rappelle rien ?) est un exemple typique d’objet connecté dont la vocation première, se peser, est assortie de la possibilité de communiquer, grâce au wi-fi, les résultats et de les rendre accessibles sur Internet pour un usage privé (sur navigateur ou iPhone) ou public (partage sur les réseaux sociaux comme twitter).

Cette tendance des objets connectés – à associer à celle plus large de l’internet des objets – est en pleine essor et on peut imaginer que de plus en plus d’utilisations dans le domaine de la santé vont se développer autour de paramètres suivis régulièrement, afin de mesurer l’évolution d’une fonction de l’organisme comme par exemple la glycémie chez les diabétiques (voir ce post), ou d’autres constantes physiologiques et biologiques, pour adapter un traitement médicamenteux pour prendre un autre exemple.

Outre le suivi de ses données, la fonction de partage est intéressante car elle permet d’associer sa communauté à un objectif personnel à atteindre, par exemple un objectif de perte de poids par un régime alimentaire, ou d’interagir différemment – et en privé – avec son médecin pour des décisions médicales, comme l’adaptation d’un traitement.

D’ailleurs du côté de Withings, la nécessité de proposer une intégration facile du poids corporel dans le suivi et le partage des informations santé au quotidien a été vite comprise, puisque la société propose depuis fin janvier une liaison entre le compte personnel withings et le carnet de santé en ligne Google Health (j’en avais parlé ici au moment de son lancement) avec envoi des données vers la section « tests results » de Google Health.

En résumé, après vos e-mails, vos documents, vos agendas et vos déplacements, Google s’occupe de votre ligne.

Alors, innovation ou menace pour la vie privée ? Je me demande ce que Madame T. en penserait si elle était au courant ;)

Publicités

Google Health en ligne

Google Health, le service santé de google est en ligne.

Comme attendu, Google Health est un dossier médical personnel géré par le patient et destiné a être partagé avec des institutions et services « partenaires » : hôpitaux (Beth Israel Deaconess Medical Center, Cleveland Clinic), pharmacies (Longs Drugs, Walgreens), laboratoires d’analyses biomédicales (Quest Diagnostics), des « pharmacy benefit managers » (RxAmerica, Medco) et autres services développés autour de la santé (SafeMed, détection de potentielles interactions médicamenteuses, Healthgrades, outils de rating des services de santé).
Ce service est exclusivement réservé aux résidents US, et ne se substitue pas à un avis médical en bonne et dûe forme.
L’intérêt annoncé est celui de la centralisation en ligne et de l’accessibilité permanente de ses données de santé, dans un environnement sécurisé et garantissant la protection de données.

Ce sont bien sûr ces deux derniers éléments qui feront (ou pas) la réussite de ce service.

[via WSJ.com health blog]

google health : pas de pub et des captures d’écran

à noter et voir, en complément à mon post plus tôt aujourd’hui :

google partenaire de la cleveland clinic sur son projet santé

Alors que google health est toujours en projet, la Cleveland Clinic vient d’annoncer qu’elle testait l’extension de son dossier médical électronique – eCleveland Clinic MyChart® – à l’échelle nationale US via la future offre google santé, permettant aux patients et à leurs professionnels de santé attitrés de partager leurs données personnelles de santé.

Extrait du communiqué de presse :

By integrating with the Google platform, Cleveland Clinic is helping create national access to electronic medical records at no cost to the user or provider.

[Merci Julie pour l’info!]